Soutenance de la thèse vétérinaire de Sophie Royer [Promotion MFS]

VacheBlog1« Détection et caractérisation moléculaire de Cryptosporidium lors de diarrhées chez le veau non sevré dans une clientèle allaitante »

Ce jeudi 17 décembre, Sophie Royer a soutenu avec succès sa thèse de Doctorat Vétérinaire à VetAgro Sup.


 

La cryptosporidiose est une protozoose à répartition mondiale. De nombreuses espèces de cryptosporidies ont été répertoriées au cours de ces dernières années, dont une, Cryptosporidium parvum, connue pour son caractère zoonotique. Les bovins sont un réservoir notable de cette espèce et sont fréquemment à l’origine de contaminations humaines. La cryptosporidiose bovine peut-être asymptomatique ou être à l’origine d’un épisode diarrhéique. Elle est reconnue comme une cause majeure de diarrhée chez les jeunes veaux non sevrés et est responsable d’importantes pertes économiques pour les éleveurs.

Cette étude a été réalisée au sein d’une clientèle vétérinaire tournée essentiellement vers le système allaitant et s’étendant sur les départements de l’Allier, la Loire et la Saône-et-Loire. La prévalence de Cryptosporidium sp chez les veaux allaitants non sevrés et diarrhéiques a été évaluée à 68,1% au sein de cette clientèle. Deux espèces ont été mises en évidence durant cette étude : Cryptosporidium parvum détecté chez 54 veaux diarrhéiques et un veau sain, et Cryptosporidium bovis, identifié chez deux veaux sains. La présence de Cryptosporidium parvum a notamment été observée chez deux veaux diarrhéiques âgés seulement de 48h. L’ensemble de ces résultats apporte de nouvelles données concernant la présence de Cryptosporidium sp chez les veaux allaitants non sevrés, diarrhéiques ou non, et est en accord avec les principales publications traitant de la cryptosporidiose chez les veaux non sevrés.

Au cours de cette étude, la détection et la caractérisation des espèces de cryptosporidies ont reposé sur une technique de PCR-RFLP. Elle a servi de référence pour la comparaison de deux autres méthodes de détection sur selles diarrhéiques ou non : un test de coloration au saccharose et un test immunochromatographique rapide, le test ImmunoCard STAT ! Crypto/Giardia (Meridian Biosciences, Inc). Le test de coloration au saccharose a montré une meilleure sensibilité que le test immunochromatographique. Ces deux tests se sont montrés faciles et rapides d’utilisation pour un vétérinaire dans sa clinique et ont permis de mettre en évidence la présence d’oocystes de Cryptosporidium lors d’affection clinique. Cependant elles semblent peu adaptées chez des animaux asymptomatiques générant un faible niveau d’excrétion d’oocystes, il est dans ce cas préférable d’avoir recours à une technique moléculaire, plus sensible que les méthodes microscopiques et les tests rapides immunochromatographiques.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*